Business intelligence, en finir avec le stress du cut-off ?

Retour sur le blog

Le mois de septembre est une période chargée pour les équipes comptables et financières. L’été se finit tout juste qu’il est déjà temps de préparer le budget prévisionnel pour l’année qui arrive et d’anticiper le cut-off pour l’exercice qui se termine.

Lorsqu’on est DAF dans une PME ou une ETI et qu’on dispose d’effectifs limités, il faut savoir bien s’équiper pour éviter le stress de la rentrée…

La performance avant tout : le cut-off est devenu un outil de pilotage

Si l’obligation légale du cut-off est annuelle, les entreprises ont de plus en plus recours à des échéances semestrielles ou trimestrielles pour des raisons stratégiques. En effet, pour le DAF et ses dirigeants, le cut-off représente une photographie de la situation des comptes à un instant précis, à mettre en parallèle avec l’activité réelle.

En formalisant les écarts entre le réalisé et le facturé, le DAF peut suivre le déroulé des commandes et des opérations et rectifier la trajectoire (relance de facturation, état des avances). L’exercice du cut-off devient donc un véritable support pour le pilotage opérationnel et apporte une aide à la décision des plus utile.

Au delà des considérations opérationnelles, c’est également l’occasion d’affiner le pilotage fiscal et d’anticiper les besoins de financements ponctuels. Autant d’excellentes raisons d’en faire un atout et non plus une contrainte…

Automatisation et centralisation : la fin de la chasse aux infos

L’une des principales difficultés en période de budget, c’est de collecter des informations fiables auprès d’une diversité d’acteurs en un temps réduit. En s’imposant comme un réservoir de données unique, centralisé et automatisé, une solution de Business Intelligence relève le challenge avec brio.

Cette solution agit comme une interface reliée à tous les logiciels et fichiers internes pertinents : ERP, CRM, outils métiers, feuilles Excel… La Business Intelligence récolte et met en forme la donnée de manière automatisée.

Ainsi, les affaires en cours, facturées ou non, sont directement remontées dans un outil ergonomique qui permet de réaliser son budget ou ses tableaux de bord en seulement quelques clics.

Un référentiel et un langage commun pour caractériser les opérations

L’autre grande difficulté lors du cut-off, c’est la bonne caractérisation des opérations sur les projets en cours. Qui détient l’information la plus fraîche et à quoi correspondent coupablement les éléments business communiqués ? Ici aussi, la Business Intelligence se révèle utile. Elle agit comme un référentiel unifié qui traduit automatiquement les données dans un langage commun.

Le DAF passe moins de temps à caractériser les opérations et à rapprocher les écritures, il peut se concentrer sur le cas d’exceptions et le pilotage. Finalement, le contrôle de gestion est simplifié et le cut-off devient une simple formalité.

Plus de stress, la gestion autrefois laborieuse des cut-off est désormais automatisée. Une occasion en or pour se consacrer à ce qui crée réellement de la valeur : le pilotage de la performance !

La Business Intelligence libère le potentiel des équipes financières et la planification budgétaire est un aspect parmi d’autres. Pour découvrir tout ce que la BI peut apporter à votre DAF, n’hésitez pas à demander une démo de notre solution MyReport.

MyReport, la solution de BI adaptée pour les PME

Découvrez en vidéo, comment la solution MyReport peut changer votre entreprise
Ces articles peuvent vous intéresser