Comment la BI permet au DSI de se recentrer sur des missions à forte valeur ajoutée ?

Retour sur le blog

Il n’y a pas de doute : les années 2020 seront à coup sûr celles de la data pour les entreprises. Et cela sera particulièrement vrai pour les PME qui n’ont pas encore pris conscience du chemin qu’elles vont avoir à accomplir dans la maîtrise de leurs données. Les offres foisonnent depuis quelques années et c’est tant mieux car elles accompagnent les décideurs, les DSI et les métiers dans cette prise de conscience.  Cependant, comment s’y retrouver ? Quels choix opérer pour équiper son organisation ? Voici nos conseils et nos points de vue en quelques lignes sur la démarche BI. 

L’entrepôt de données au service des métiers

Trop d’entreprises font encore le constat de l’inefficacité de leur processus de traitement des données, plus particulièrement en matière de reporting, voire de pilotage. Excel est bien souvent mis en cause à juste titre : les utilisateurs passent trop de temps à extraire, retraiter, agréger, mettre en forme les données. 80% du temps est passé à construire la donnée plutôt que de la comprendre et trop de manager pilotent encore dans le doute. 

Dans ce contexte, la construction et l’automatisation d’un entrepôt des données de l’entreprise, fiables, intelligibles et partageables constitue le premier socle incontournable.  

La relation « Métiers » et IT n’est pas synonyme de dépendance

Car c’est sur cette base que les utilisateurs métier pourront commencer à exploiter leurs données… par eux-même ! Nous en faisons le constat bien souvent, il y a deux phénomènes vertueux à viser l’autonomie des utilisateurs dans l’exploitation des données de l’entrepôt : Gain de temps et découverte. 

Le gain de temps avec une donnée préparée est incontestable et démontre l’efficacité de l’entrepôt. Les délais sont raccourcis et du coup, l’analyse, la compréhension et les décisions sont prises sous un nouvel éclairage. 

En effet, la découverte des données amène bien souvent des précisions dans l’organisation de leur saisie : les règles de gestion sont précisées, les applications opérationnelles (l’ERP, la compta, etc…) voient leurs paramétrages affinés et l’entrepôt de données englobe une part de ces règles métier. 

Et la relation IT/Métiers s’en trouve renforcée : on ne traite plus de demandes ponctuelles, pas forcément bien formulées… mais on construit progressivement pour automatiser et fiabiliser. 

L’autonomie des Métiers grâce à la BI

C’est un enjeu majeur de la réussite dans la mise en œuvre de la business intelligence. Qu’il s’agisse de reporting avec un tableur, de dashboarding avec la datavisualisation ou bien d’analyse, les utilisateurs métiers réclament cette autonomie. C’est normal et bénéfique : l’autonomie aide les métiers dans leur quotidien d’une part, mais cette quête d’indépendance les pousse également à préciser leurs besoins et leurs règles de gestion. Ils ne font alors appel à l’IT qu’en dernier recours et du coup, leurs demandes sont d’avantage argumentées puisqu’ils ont déjà “essayé” par eux-même 

Le parcours progressif pour accompagner la maturité des utilisateurs

Un dernier pointet non des moindres : les petits succès valent bien mieux qu’un gros échec. Et en matière de data, et de mise en œuvre d’outils de business intelligence, cette vérité vaut quelle que soit la taille de l’organisation. Les enjeux de découverte évoqués ci-dessus, mais également de formation à l’analyse, aux statistiques et bien sûr aux outils et aux données doivent guider IT et managers opérationnels dans cette démarche. Adopter une démarche agile et itérative constitue la meilleure garantie de succès. 

 De nombreuses solutions de business intelligence mettent en avant  sa capacité et sa puissance à traiter de gros volumes de données,  sa capacité à restituer l’information sous forme graphiques (et parfois des plus élaborées) ou encore prônent l’indépendance des métiers… En Saas ou dans le cloud,  on a de plus en plus tendance à trouver de la “BI” intégrée dans les applications métierOn parle de Self-Service BI. Ne renions pas ce terme qui fait la promesse de l’autonomie tant attendue des utilisateurs. Mais préférons lui une Self-Service BI basée sur une donnée corporate, transversale, administrée et évolutive. C’est le meilleur moyen pour accompagner l’entreprise dans la maîtrise de ses données vers une culture véritablement « data driven ».  

Testez gratuitement MyReport pendant 30 jours

Faites vos premiers pas avec MyReport
Voir la demo

Ces articles peuvent vous intéresser