Retrouvez en intégralité l’interview d’Ayrald Berthod, directeur général de Report One, à l’occasion du salon du Big Data et parue dans le guide du Big Data 2016/2017.

 

Aujourd’hui quelle expertise l’éditeur Report One propose-t’il aux entreprises concernant le Big Data ?

Nous sommes un éditeur conseil de solutions logicielles. Notre vocation est d’apporter des solutions de pilotage de processus de management simples et accessibles pour un large public BtoB. Notre but étant de démocratiser le reporting au sein de l’entreprise, et de fournir à chacun les outils et bonnes pratiques pour piloter son activité simplement et en toute autonomie. Nous développons des technologies rapides à intégrer, économiquement abordables, à même de prendre en compte tous types de données : du simple fichier Excel® à la base de données, en passant par les logiciels métiers les plus sophistiqués. Les utilisateurs métiers peuvent ainsi reprendre la main sur leurs données – quelles qu’elles soient – et le pilotage de leur service.

Quel est votre constat sur le marché du Big Data ?

Il est très simple : aujourd’hui une multitude d’acteurs se positionnent sur ce marché. Et ce, aussi bien des acteurs historiques que des challengers, qui tentent tous d’apporter une solution à travers des outils encore trop difficiles à prendre en main par les utilisateurs métiers, souvent les premiers concernés par ce type de besoin. Chez Report One, nous nous sommes posés la question de l’exploitation du Big Data au sens le plus opérationnel possible : comment optimiser de façon efficace la gestion des données et des processus métiers ? Nous avons donc privilégié dans notre réflexion stratégique et réflexion produits, les acteurs métiers de l’entreprise afin de leur proposer les solutions les plus adaptées pour l’exploitation des différentes sources de données de l’entreprise. En effet, notre constat est que les solutions mises en place au sein de l’entreprise – souvent via un investissement conséquent – se heurtent souvent sur le terrain au manque d’autonomie et de connaissances des équipes métiers. Ils n’ont pas une parfaite maîtrise des outils ainsi mis à leur disposition et destinés à leur donner accès au big data. À ce titre, nous répondons précisément à la question de savoir comment combler les « 100 derniers mètres » entre les solutions en place et le besoin concret des opérationnels au quotidien. Dans cet environnement de big data, un des éclairages qui nous semble donc majeur est de permettre aux acteurs mé- tiers de piloter leur processus métiers aisément.

Quels sont les principaux besoins constatés chez vos clients ? parmi quels secteurs d’activité ?

L’attente principale est de faire face au déficit de pilotage des directions métiers. Nous sommes face à des entreprises qui s’organisent de manière centrale et standardisée pour mettre à jour les reportings des diffé- rentes activités. Il faut donc donner les moyens aux équipes de pouvoir approfondir les analyses en fonction des paramètres qui leur sont propres. Par ailleurs, notre application est généraliste dans le sens où, elle s’adresse à tous types d’organisations, de la PME aux groupes structurés et multi-site, ainsi qu’à tous les métiers dans l’entreprise : direction générale, direction financière, direction commerciale, direction marketing, direction industrielle, direction de la qualité, fonctions support, achat, logistique, etc. Quel que soit le domaine, nous nous appuyons sur des équipes expertes qui mènent des missions d’assistance et de maîtrise d’ouvrage visant à faire converger le côté standard de l’application avec les spécificités des métiers.

Quels sont les principaux avantages appréciés par vos clients ?

Les clients apprécient les solutions de Report One pour leur autonomie de fonctionnement, leur capacité à s’adapter à tous les niveaux de compétences, leur robustesse, leur simplicité d’interface, et enfin pour leur capacité à répondre à de véritables enjeux économiques. Nous garantissons, et ce n’est pas si fréquent sur ce secteur, des projets dont le ROI est souvent inférieur à 18 mois.

INSCRIPTION NEWSLETTER